mardi 28 septembre 2010

Fatigue


Je viens de clore le Grand Chelem de mon mois de septembre
qui se composait ainsi
Extraction-Exposition-Représentation-Examen du permis de conduire

Et je me suis donc encore une fois rétamé à cette dernière étape.
Comme un vrai caca.

Il faut dire qu'au dernier cours avec mon professeur d'autoécole,
plutôt que de finir l'heure par un discours rassurant et motivant,
il a choisi de m'annoncer, par avance, que je ne réussirai pas l'examen,
en pointant mon côté artiste trop prononcé
qui se manifestait par une grande nonchalance et un manque de rigueur.

J'ai hésité à souligner le côté connard de sa pédagogie,
et à lui confier que le fait d'avoir passé tant de temps assis
en présence de son visage moustachu, roux et chauve au trois-quarts,
m'enchantait comme une infection urinaire.

J'ai rien confié du tout, j'ai juste répondu que j'en avais marre de payer
pour des cours aussi humiliants,
et que ça devenait fatiguant de s'entêter.

J'ai réfléchi à ses paroles tout le week end, et puis je me suis dit que c'était peut-être simplement une technique bassement commerciale.
J'veux dire, il a une toute petite entreprise le mec, puisqu'il est tout seul à y bosser.
Tant que son client perd, lui, il y gagne.
Donc je me suis pointé au permis avec de bonnes vibrations bien revanchardes.

Et bim
J'ai raté cet examen,
et la meilleure image que je puisse en retenir,
la plus représentative,
c'est celle d'un groupe de gosses que j'ai laissé traverser hors passage clouté,
et qui, pour me remercier de ma courtoisie,
m'ont caillassé la bagnole avec des marrons.

J'ai la réponse d'ici quelques jours.
D'ici là, je veux dormir

samedi 25 septembre 2010

exercice de juanita

La petite juanita cours,
en attendant que je lui fasse un décor,
et puis surtout, j'ai fait un truc plus long à côté, qu'il faut que je finisse,
mais c'est un peu long.

mardi 21 septembre 2010

Petit test



Pour m'aérer la tête, je me suis décidé à apprendre à utiliser flash.
Une heure de tutoriel, et zou, me voilà lancé.
Bon, c'est qu'un début, hein.

Concrétisation

L'entrée du PréO
Début de l'exposition
" Mégalomanie Mélomaniaque"
avec la trompette suspendue de Minko et Christophe Reeb

Vue depuis l'intérieur du hall du PréO
A gauche, les sept personnages de " La Fanfare Improbable"


En face, accroché sur le drap, "Vent De Folie" ,
sur le mur, " La Collectionnite",
plus loin, l'installation de Minko titrée "Le cabinet de Curiosité"
et au fond à droite, la bande-dessinée "Louis Les Gros Bras"


Le même mur, sous un autre angle


Et Christophe, notre sauveur,
face à " la trompette la plus petite du monde"



Cette première moitié du mois de septembre nous a permis de concrétiser
à Minko et moi
deux bons mois de boulot,
par une exposition au PréO
(une salle de concert toute neuve d'Oberhausbergen)
après trois jours d'accrochage difficiles,
parce que va installer une expo dans un endroit immense avec personne pour t'aider
parce qu' il faut quand même être deux pour accrocher droit par exemple,
(ou trois s'il faut tenir une échelle, et puis faut déjà qu'il y ait une échelle)
et que les gens qui bossent là-bas, on a vite compris qu'ils avaient autre chose à foutre.

Heureusement, Super Christophe était là.
Partout, tout le temps.
Super Christophe résout les problèmes,
Super Christophe construit des trompettes,
merci pour tout.

A peine installée vendredi soir, il a fallut se reconcentrer pour
le concert-dessiné à jouer dimanche.

Dans la salle de 120 places, il y avait environ 25 personnes, dont une bonne partie d'invitées.
En même temps un concert, un dimanche, à 17h, à Oberhausbergen,
si tu fais pas un minimum de pub, c'est évident que personne ne va tomber là par hasard.

Encore une fois, ils avaient sans doute autre chose à foutre.

A part ça, et le stress cumulé des deux évènements,
c'était quand même super de rejouer ce spectacle,
les gens du public sont venus sur scène à la fin, et c'était très sympa.


Qu'est ce que je retire de ces deux mois de travail assez prenants?

Plein de dessins, de toutes tailles,
que je trouverai bien le moyen de resortir opportunément
une fois l'expo finie, à savoir dans 5 jours.

Et le portefeuille sec,
en attendant d'être frondeusement payé pour tout ça.

ça doit être le métier qui rentre.

Je ne vous fais pas un dessin pour expliquer par où...


mercredi 15 septembre 2010

la ronde des géants

Yvette

Mr Tambourine Man

Elastic Man

Le Phasme Fantastique


L'accrochage commence demain, je ne pense pas avoir le temps d'en faire d'autres.
7 personnages, ça occupe facilement un mur de 10 mètres, sur 1m50



dimanche 12 septembre 2010

little big

après "Louis MacStrong",
voici "Le petit Nicolas" et "Little Big Horn"
on commence à se sentir à l'étroit avec tous ces grands bonshommes

mercredi 8 septembre 2010

fanfare improbable

Bon finalement, c'est assez rapide à faire,
même si c'est fatiguant physiquement
et que je vais lutter pour faire des retouches.

Collection de trompettes


Trente trompettes en quatre jours,
sur un format demi/raisin, donc pour l'instant "inscannable".

Toujours pour l'expo vent de folie à accrocher dans moins d'une semaine.

J'attaque maintenant des dessins à taille humaine,
au pastel gras.
Je ne promets rien.
Demain, première répétition pour le spectacle Bande Originale.
D'ici la représentation,
qui aura lieu le 19 septembre,
on a 20 heures de répétition...
J'ai l'impression de me retaper un diplôme.

lien à propos du spectacle:
http://le-preo.fr/fr/bande-originale-126.html?idProduit=2279

samedi 4 septembre 2010

brouillon d 'accrochage


Parce j'ai encore bousillé un appareil numérique,
cette fois en le faisant tomber dans une flaque d'eau de mer,
je n'ai le droit de prendre des photos qu'avec mon téléphone portable.
C'est tout ce que je mérite.
Voici donc un brouillon de l'accrochage de mes portraits à la plume.
Au milieu, y aura l'anim' de Ber sur une musique folle de Dizzy Gillespie.
J'ai encore jusqu'au 17 pour faire deux autres séries de dessins, beaucoup plus grands,
et pour répéter le spectacle durant un dizaine d'heures,
et je suis sûr que j'oublie encore des trucs.
Bref, très occupé comme mec.

mercredi 1 septembre 2010

el dentisto



Finalement ça s'enlève tout seul une dent.
Si on passe outre le traumatisme psychologique de savoir que rien ne repoussera à la place,
et qu'on se détend au moment de la piqûre,
on ne sent ni la pince,
ni les nerfs qui lâchent.

Cinq minutes pour l'enlever,
et j'inclus dans ce laps de temps une discussion entre le dentiste et la secrétaire,
alors que la dent avait déjà sans doute un pied hors gencive,
puis quinze minutes à attendre que le corps se remette de la séparation.

Je suis sorti, j'étais en pleine forme,
alors je suis allé m'acheter des flacons d'encre que je voulais depuis longtemps.
Mais je n'avais pas vu que mes lèvres étaient toutes croutées de sang, et puis au moment de parler à la caissière de la papeterie, j'avais la moitié du visage encore endormi.
J'ai fait peur à tout le monde.

Le temps de faire mon shopping, et l'anesthésie a commencé à mettre les bouts.
J'ai couru prendre mes cachets, des glaçons et au lit.

La suite d'ici deux mois



fin de série


 
Free counter and web stats